Ce que les RH doivent savoir sur le recrutement de cadres supérieurs en 2022

Montréal - 2022 | 03 | 01

Pour la plupart des employés, les deux dernières années ont été transformatrices. Bureaux à domicile installés du jour au lendemain, tailleurs remplacés par des pulls et réunions en salle de conférence maintenant sur Zoom.

Le travail à distance a changé des vies, certaines pour le meilleur, d’autres pour le pire. Nombreux sont ceux qui ont maintenant plus de flexibilité professionnelle qui leur permet de passer plus de temps avec leur famille, tandis que d’autres ont découvert la liberté de voyager et de travailler de n’importe où dans le monde avec une simple connexion Wi-Fi. À l’autre bout du spectre, beaucoup de gens s’ennuient des choses qui les stabilisaient dans une routine, comme le trajet du matin, les pauses café avec des collègues et l’environnement de bureau extraverti.

Bref, tout a changé. Dans ce contexte, savez-vous comment recruter les bons cadres pour mener votre équipe au succès ?

René Tardif est Chef de pratique nationale chez Gallagher et il est responsable de diriger la pratique de recherche de cadres au Canada. Avec plus de 17 ans d’expérience dans le secteur du recrutement, il participe activement à tous les aspects du processus de recherche, y compris le développement des affaires, la recherche, les entrevues et l’évaluation des candidats. Il s’est entretenu avec Amanda Fleising, animatrice du podcast Le potentiel des gens avec Amanda sur la gestion des talents et le coaching, pour discuter de ce que les RH devraient rechercher lorsqu’ils recrutent des cadres.

La plus grande différence entre le recrutement de cadres supérieurs et le recrutement de gestionnaires de premier niveau

Le recrutement de cadres de tous types est essentiel à la réussite d’une organisation. Mais, il faut bien comprendre que le processus de recrutement de cadres supérieurs exige plus de temps et de travail, notamment parce que l’enjeu est plus important à long terme.

« Si l’on examine le processus lui-même, le recrutement de cadres supérieurs est plus approfondi. Pour la recherche d’un gestionnaire de premier niveau, il faut compter environ 6 à 8 semaines du début à la fin. Pour la recherche d’un cadre, il faut compter environ 12 semaines ; soit le double, voire plus, du temps de recherche nécessaire pour un gestionnaire de premier niveau », explique René.

L’évaluation d’un candidat pour un poste de direction exige plus de précision ; il n’est pas forcément recommandé de prendre des risques pour déterminer comment un candidat s’intégrera dans une organisation. Pour un gestionnaire de premier niveau, l’objectif est surtout de trouver quelqu’un qui puisse raisonnablement occuper le poste. « Nous appelons cela la vitesse de mise sur le marché », explique René. « Vous pouvez avancer rapidement dans le processus afin de trouver le candidat qui, selon vous, correspond bien au rôle. »

Les traits comportementaux essentiels requis d’un cadre supérieur d’aujourd’hui

Le modèle classique du 9 à 5 n’est plus ce qu’il était. Les organisations ont donc dû s’adapter à cette nouvelle réalité avec de nouvelles approches et stratégies. Pour y parvenir efficacement, un cadre doit faire preuve de flexibilité dans ce nouvel environnement de travail, afin d’assurer le succès de l’organisation elle-même. De nos jours, les dirigeants qui possèdent certaines compétences générales ont un impact positif important sur leur équipe.

« Nous voyons de plus en plus d’organisations qui demandent à leurs cadres d’être plus empathiques et de savoir comment gérer l’ambiguïté », explique René. Pour ceux qui travaillent à la maison depuis plus de deux ans maintenant, la période d’adaptation peut être difficile. Une initiative de santé mentale bien établie peut aider un employé qui n’est pas à l’aise avec le travail à domicile. Qu’il s’agisse d’un manque de motivation ou simplement d’un manque de routine au bureau, un cadre peut faire preuve d’empathie et soutenir grandement ses employés en les aidant à trouver un équilibre sain et productif entre vie professionnelle et vie privée.

Si un dirigeant est capable de faire preuve d’empathie envers ses employés, ceux-ci se sentiront davantage valorisés et soutenus. Un leader, en particulier au niveau supérieur, peut établir un lien plus humain avec ses employés lors de réunions sur Zoom s’il peut leur montrer un certain degré de vulnérabilité, par exemple, en admettant qu’il ne passe pas une bonne journée.

Comment une évaluation comportementale peut vous aider à faire le bon choix dès le départ ?

Être un leader ne vient pas naturellement à tout le monde, et même lorsque c’est le cas, les défis sont inévitables. C’est pourquoi il est important d’engager un candidat capable de les surmonter.

Depuis un certain temps, René et son équipe utilisent SuccessFinder pour aider les organisations à recruter les meilleurs cadres. L’équipe utilise l’Échelle du leadership pour déterminer en détail si une personne favorise naturellement les comportements typiques de cadres.

« Elle joue un rôle important dans nos processus de recherche ; elle n’est pas seulement une étape supplémentaire », dit-il. « C’est en fait un outil très utile ; au moment où les candidats sont soumis à l’évaluation, l’échelle confirme en quelque sorte ce que nous savons déjà d’un candidat. »

Qu’il s’agisse de certains points forts ou de domaines de développement qui attirent l’attention du recruteur, l’objectif de la plateforme SuccessFinder est d’aider les RH à formuler des questions basées sur les compétences et l’expérience du candidat, et non des questions qui suscitent des réponses toutes faites. En apprenant à connaître un peu mieux le candidat potentiel grâce aux résultats de l’évaluation préalable, les RH peuvent poser des questions uniques liées aux résultats du candidat plutôt que de s’en tenir à un script de questions génériques. Cela s’avère plus utile et bénéfique à long terme pour déterminer si la personne convient à l’organisation.

Selon la recherche de SuccessFinder, deux compétences sont fondamentales à tous les niveaux de gestion : Naviguer dans la turbulence et Diriger avec conviction. Cela signifie qu’un candidat doit faire preuve d’un style de leadership affirmé et déterminé, ainsi qu’être prêt à influencer directement les autres, tout en montrant également son efficacité face à des demandes parfois chaotiques et des priorités qui se chevauchent. Outre ces deux compétences fondamentales, les cadres ont également tendance à obtenir un score élevé pour les compétences suivantes : Initier l’action avec indépendance et Maximiser la rentabilité. Pour en savoir plus, vous pouvez consulter le livre blanc de l’Échelle du leadership.

Pourquoi une culture d’entreprise saine commence par la direction ?

Une culture de travail peut toujours changer. Tout événement important (comme une pandémie) entraîne un bouleversement majeur du système. Un cadre doit être en mesure de gérer ces changements en veillant à ce que ses employés disposent des outils et des ressources nécessaires pour s’adapter et continuer à être performants.

« Je pense qu’un bon leader sera un bon ambassadeur pour aider à promouvoir la culture souhaitée dans toute l’organisation, une sorte d’imprégnation de cette culture », dit René.

Être capable de susciter différentes émotions au sein d’une équipe entière se résume à un trait particulier qui a été brièvement mentionné ci-dessus : la vulnérabilité. Il y a deux façons de le faire.

Tout d’abord, il s’agit d’influencer la création d’une culture qui n’est pas toujours axée sur le travail et qui valorise l’employé en tant qu’individu unique ayant une vie bien remplie en dehors du bureau (à la maison), afin de générer un sentiment de confiance et de motivation.

D’autre part, il faut aussi un leader capable de passer allègrement en mode « tout est prêt » et d’encourager son équipe à faire de son mieux. Ces deux pôles exigent du cadre qu’il soit ouvert et réaliste pour travailler efficacement. Bref, personne n’aime travailler pour quelqu’un avec qui il ne peut pas établir un vrai lien.

Sur le marché hautement concurrentiel d’aujourd’hui, trouver le bon candidat pour occuper un poste de direction dès le départ peut être plus stressant que jamais.

Assurez-vous de communiquer avec René Tardif et son équipe canadienne d’experts pour appuyer vos efforts de recherche de cadres.

Cliquez ici pour réserver une démo pour en savoir plus sur les outils d’embauche prédictive en libre-service de SuccessFinder.

Écrit par
Galina Gharibian

En format vidéo ?

Visioner sur YouTube

Notre plateforme ne génère que les données les plus pertinentes. Tout comme notre infolettre.

Des nouvelles à ne pas manquer.

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de vie privée de Google. Les conditions d'utilisation s'appliquent.