Cinq étapes pour assurer une gestion efficace

Montreal - 2021 | 07 | 29

1. Écouter activement

 

Lorsqu’on discute de la gestion, le même cliché ressort souvent : « Il faut écouter plus que parler. » Ce que cette phrase oubli de mentionner, c’est combien d’impact la façon dont vous écoutez a sur votre équipe. Afin d’écouter activement, vous devez porter une grande attention sur la conversation sans interrompre. Cela veut dire prendre des mesures actives pour souligner les détails importants et répéter l’information afin de vous assurer d’avoir bien compris.

 

« Nous tenons souvent pour acquis la façon dont on écoute parce que nous n’avons pas reçu de formation officielle pour ça, » explique Di Lollo, « [pourtant] notre écoute détermine ce que nous communiquons aux gens : ce que nous recherchons, ce à quoi nous pensons, et comment nous interprétons les situations. » Au bout du compte, l’écoute active nous permet d’améliorer notre capacité de communication ainsi que nos décisions.

2. Poser des questions puissantes

 

Il est aussi important de poser les bonnes questions à votre équipe que d’écouter activement les réponses. D’ailleurs, les deux vont en concert. À la place de demander aux employés de résoudre des problèmes précis, Di Lollo recommande d’encourager l’équipe à réfléchir de manière innovatrice et non-conventionnelle. L’objectif est de promouvoir la créativité et l’innovation afin que votre entreprise puisse croître.

 

« Nous sommes très bons à résoudre des problèmes, et nous aimons hurler les réponses, mais je suggère à la place d’essayer de poser des questions si puissantes qu’elles génèrent des débats intellectuels, » dit Di Lollo. “Il est important d’avoir eu un impact sur la personne lorsqu’on quitte une conversation. Une conversation doit être productive, mais elle doit aussi avoir un impact. »

3. Identifier les comportements propres aux leaders

 

Le développement du leadership n’implique pas seulement les personnes qui occupent des postes de gestion. Selon Di Lollo, chaque personne a le potentiel de devenir un leader incroyable, et c’est en rassemblant une équipe de leaders au même endroit qu’une entreprise peut vraiment fleurir : « Lorsqu’on pense à un un leader, on imagine un soliste en avant, en train de mener la foule. Mais si on examine l’histoire, la plupart des grands exploits ont été accomplis par un groupe, et non par un soliste. »

 

L’Échelle du leadership de SuccessFinder devient dans ce contexte un outil important, car il est essentiel de pouvoir identifier les traits comportementaux qui mènent à une grande culture de leadership. « Nous sommes souvent très bons à déceler ce qui ne fonctionne pas, » explique Di Lollo, « mais nous oublions que nous devrions également identifier ce qui fonctionne et ce qui fonctionne si bien que ça nous donne nouvelle vision [et] nous devons l’enseigner à tout le monde autour de nous. »

4. Développer sa conscience de soi

 

La conscience de soi est un autre aspect du développement du leadership qui peut être perfectionné par l’entremise de données comportementales prédictives. Un gestionnaire doit toujours s’assurer que ses paroles demeurent en harmonie avec ses actions. Cela peut être difficile, car nos actions sont affectées par des biais inconscients. Il est donc essentiel d’apprendre à se connaître soi-même.

 

Comme le dit Di Lollo, « Si vous allez diriger les gens, il vous doit de connaître d’où vous provenez. » Par conséquent, l’expert certifié en coaching vous conseille de prendre conscience de vous-même et d’identifier vos éléments déclencheurs, ce qui vous importe, ainsi que la manière dont vos valeurs fondamentales affectent votre cheminement.

5. Lier le tout ensemble

 

L’étape finale consiste à lier tous ces aspects du leadership ensemble afin de les appliquer avec constance. Di Lollo offre un exemple : « Parfois, les gens demandent, “Comment puis-je poser de meilleures questions ?” Pour poser de meilleures questions, il faut retourner à l’écoute active et [se demander] quel type d’information recherchions-nous, est-ce conforme à nos comportements de leaders, et puis […] quelles étaient nos intentions dans cette conversation ? »

 

Selon Di Lollo, cette étape consiste à faire régulièrement un bilan personnel. « Ce que je recherche vraiment en ce moment, c’est : quel est mon état d’esprit ? Est-ce que j’interviens en tant que gestionnaire en ce moment ? Est-ce que j’interviens en tant que mentor ou en tant que coach et leader ? » explique-t-il. « Nous devons considérer ces facteurs tous les jours. »

Une équipe de leaders

 

Au bout du compte, être un bon gestionnaire consiste à développer le leadership chez les autres. « Pour moi, un bon gestionnaire, pour le réduire en une phrase, c’est un leader qui sait exactement comment créer d’autres leaders autour de lui […] C’est une personne qui est vraiment capable de regarder quelqu’un et de déceler son potentiel de croissance et de développement plutôt que juste son expertise, les tâches techniques dans lesquelles il excelle, » dit Di Lollo. « Quand je pense au développement du leadership, je crois que chaque organisation devrait viser à développer cela chez tous les individus, et non juste ceux qui occupent des postes de gestion. »

 

À l’aide des bons outils et des bonnes données, vous pouvez développer, non juste quelques dirigeants louables, mais des équipes entières de leaders formidables qui assureront le succès de votre entreprise. Comme le dit Di Lollo, « Quand vous rassemblez des leaders incroyables au même endroit, vous avez quelque chose de formidable parce que vous avez maintenant une équipe de leaders, et […] je n’ai encore jamais entendu une entreprise se plaindre d’avoir une équipe de leaders. »

Écrit par
Dimitri Ly

Notre plateforme ne génère que les données les plus pertinentes. Tout comme notre infolettre.

Des nouvelles à ne pas manquer.

    Ce site est protégé par reCAPTCHA et la politique de vie privée de Google. Les conditions d'utilisation s'appliquent.